S’installer

Couvreur depuis des années ou jeune diplômé, vous avez envie de franchir le pas et de monter votre entreprise : Dimos vous accompagne dans cette aventure !

Les diplômes
requis

Les métiers de la couverture sont réglementés par les Chambres des Métiers et de l’Artisanat. L’exercice d’activités relevant de la construction, l’entretien et la réparation des bâtiments exige une qualification professionnelle par :

  • un certificat d’aptitude professionnelle : CAP couvreur, CAP étancheur du bâtiment et des travaux publics, mention complémentaire (MC) en zinguerie
  • un bac professionnel ou un brevet professionnel : BP couvreur, BP étanchéité du bâtiment et des travaux publics, Bac professionnel interventions sur le patrimoine bâti option couverture…
  • un diplôme ou d’un titre homologué de niveau égal ou supérieur : Brevet de Maîtrise métiers de la piscine, BTS bâtiment, BTS systèmes constructifs bois et habitat ou BTS enveloppe du bâtiment, façades et étanchéité…

A défaut de diplôme ou de titre homologué, il faut justifier d’une expérience professionnelle de trois années effectives en tant que travailleur indépendant ou de salarié.

Lancer
son activité

Voici quelques-unes des grandes étapes à suivre pour lancer son entreprise de couverture :

  • Valider son projet : réaliser une étude de marché et un prévisionnel financier
  • Financer son projet : il faut d’abord identifier son besoin en matériel, puis rechercher des financements. Il existe différentes aides à la création ou la reprise d’entreprises, à retrouver sur http://www.aides-entreprises.fr/
  • Choisir une forme juridique : cette étape est cruciale car elle a des conséquences importantes au niveau fiscal ou social. S’il existe beaucoup de documentation sur le sujet, il est préférable de se faire accompagner par une Chambre des Métiers et de l’Artisanat ou par un expert comptable pour faire le bon choix.
  • Effectuer un stage de préparation à l’installation auprès de la Chambre des métiers et de l’artisanat afin de mieux préparer son installation et d’apprendre à gérer son entreprise.
  • S’enregistrer auprès de la Chambre des Métiers
  • Prendre une assurance décennale

La trousse à
outils idéale

C’est un sujet épineux, car il existe autant d’habitudes que de couvreurs, et les besoins peuvent également varier suivant les régions. Voici la sélection Dimos de l’outillage nécessaire pour démarrer son activité :

  • Pour le travail de l’ardoise : un marteau et une enclume d’ardoisier, une pince à ardoise, un tire-clous pour la rénovation ou le remaniage, une poche à clous
  • Pour la zinguerie :
    • des cisailles : a minima une cisaille passe-tôles et une cisaille bichantourneuse à gauche et à droite
    • des pinces à border : plates ou coudées suivant les habitudes, 100mm, 60mm et 22mm, une pince à coin de mouchoirs pour compléter la série
    • pour le façonnage : marteau à garnir, maillet en nylon
    • du matériel de soudure : fer à souder, kit de soudure DIPAG, lime écouane pour nettoyer la panne, targette
  • Pour la préparation de la charpente : 
    • Tracette, déclimètre, griffe à zinc et crayons
    • Mètres,règle, équerre, fausse équerre, cordeaux et poudres
    • marteau agrafeur
    • scie
Découvrez notre gamme d'Outils à main

Investir
dans une machine ?

Il est possible de démarrer avec un matériel très réduit pour limiter les investissements, mais il est difficile de se passer d’une plieuse pour commencer.

S’il existe des solutions de substitution, comme le façonnage chez le distributeur ou le partage d’une machine, il peut être intéressant de considérer l’achat d’une petite plieuse de 1m pour gagner en autonomie et pouvoir travailler directement en fonction des besoins sur le chantier.

Il existe chez Dimos des modèles accessibles à moins de 1000€ en prix public. Si cela dépasse votre budget pour démarrer, vous pouvez également jeter un coup d’oeil sur nos occasions !

Découvrez notre gamme Machines

Toujours
penser sécurité

S’il est un investissement à ne pas négliger au démarrage d’une activité de couverture, c’est celui de la sécurité : un  arrêt de chantier  pourrait en effet venir mettre en péril une jeune entreprise.

Il est absolument obligatoire de se protéger pour travailler en hauteur pour se protéger de tout accident, et ce quelle que soit la hauteur de travail. La protection doit être par défaut collective, ou individuelle si une solution collective ne peut pas être mise en oeuvre.

Mais quelle solution de sécurité choisir ? En fonction de la taille de votre entreprise, du type de chantiers que vous avez prévu de réaliser, de votre capacité d’investissement, il existe de nombreuses solutions de sécurité collective ou individuelle sur le marché.

Pour les petits budgets, Dimos propose des packs d’échafaudage de toit en acier à moins de 4 000 € en tarif public pour 6 mètres linéaires.

Découvrez notre Protection Collective