Le métal
dans la couverture

Nos univers métiers

Que ce soit pour les travaux de finition ou pour la réalisation d’une toiture entière, le métal est omniprésent dans le monde de la couverture. Dimos propose une gamme spécifique d’outils et de machines pour la réalisation des toitures et des finitions en métal.

Petite histoire
des toitures métalliques

La réalisation de toitures en métal est loin d’être récente. Dans l’Antiquité Romaine, on se sert par exemple du zinc pour la réalisation de couverture de maisons, mais aussi de l’or ou du cuivre pour l’ornementation.

Au Moyen-Âge, le cuivre ou le plomb sont utilisés pour la confection des toitures à forte pente, comme celles des cathédrales, qui nécessitent des charpentes plus légères.

Au XIXe siècle, avec l’industrialisation et l’ère Haussmann, les toitures métalliques en zinc se développent fortement à Paris, puis dans les grandes agglomérations, notamment grâce à la production industrielle des feuilles de métal.

De nos jours, le métal est plus populaire que jamais : il ne concerne plus seulement la toiture mais toute l’enveloppe du bâtiment. Appliqué sur un bardage ou en sous-face, le métal transforme l’architecture des bâtiments. La combinaison des différents métaux disponibles et de toutes les finitions de couleurs et textures donne une infinité de possibilités. 

Les différents
métaux en couverture

Il existe un très large choix de métaux pour la réalisation de toitures métalliques. Si le zinc est le matériau le plus utilisé en Europe, d’autres offrent des propriétés intéressantes pour la couverture.

Les matériaux sont principalement choisis en fonction leur propriété de résistance à la corrosion. Certains métaux, comme l’aluminium ou le titane, sont protégés naturellement de la rouille. D’autres sont résistants à la corrosion comme l’inox. Enfin, certains comme le cuivre gagnent un côté esthétique avec l’altération par la corrosion.

Il est également possible d’utiliser des matériaux oxydables s’ils sont protégés par une ou plusieurs couches protectrices. L’Amérique du Nord notamment l’un des principaux utilisateurs d’acier pour la couverture sous forme de tôle bac acier.

Deux usages distincts
du métal en couverture

Le métal peut être utilisé pour réaliser les finitions d’une toiture en ardoise, en tuiles, ou pour réaliser une toiture métalliques en petits ou grands éléments.

La zinguerie

La zinguerie désigne tous les éléments métalliques de finition de la toiture qui garantissent son étanchéité en assurant la bonne évacuation des eaux de ruissellement sur les points critiques : gouttières et dalles, mais aussi noues, faîtages, chéneaux, terrassons, bande de rives, solins et entourages de cheminée, fenêtres de toit, couvertines…

La zinguerie est souvent réalisée en zinc, mais le couvreur peut également utiliser d’autres métaux comme du plomb ou du cuivre. Elle peut également être ornementale avec des métaux plus précieux.

La toiture métallique

Le métal peut être utilisé en tant qu’élément principal de la couverture. La toiture se compose alors de petits éléments (écailles ou tuile de métal) ou de grands éléments de couverture. Il s’agit de feuilles de métal profilées pour s’emboîter ensemble afin de former un ensemble solidaire. Il existe de nombreuses formes de joints pour relier ces éléments, le joint debout à double agrafure étant le plus répandu en Europe.

Si le zinc est le métal le plus utilisé pour la réalisation de couvertures, il est possible de façonner d’autres métaux.

La réalisation
d’une toiture métallique

Si aujourd’hui les techniques et le matériel nécessaire sont devenus accessibles aux couvreurs, la réalisation d’une toiture en métal demande une technicité élevée.

Les liaisons entre les éléments métalliques sont généralement assurés par soudure ou par pliage, chaque technique ayant ses avantages.

La soudure est possible dans de nombreuses configurations de couverture, mais elle peut empêcher la dilatation du métal. De plus, certains matériaux ou finitions du matériau rendent l’opération de soudage impossible.

Les jonctions par pliage ou joint nécessitent un niveau de formation suffisant. Il est possible de résoudre quasiment toutes les problématiques de jointure en utilisant le pliage. Les équipements spécialisés pour les couvreurs facilitent de travail d’origami. 

Enfin, certains matériaux plus malléables, comme le plomb, facilitent le travail de pose.

Selon son activité, rénovation/neuf, zinguerie/couverture par éléments, types de matériaux et de pose, le couvreur doit s’organiser pour être le plus efficace : un atelier de façonnage permet de gagner en productivité en préparant en amont mais nécessite de préparer méthodiquement tous les métrés, tandis qu’une organisation plus agile s’adapte au dernier moment au chantier en travaillant en mobilité. 

Les outils
pour travailler le métal

Le type d’activité va déterminer le type de matériel nécessaire.

Pour les travaux de finition, le zingueur utilisera beaucoup d’outillage à main :  cisailles à main, pinces à border, pinces diverses, matériel de soudage. Il s’appuiera également sur des plieuses de petit format faciles à emmener sur le chantier pour réaliser les chéneaux ou des plieuses plus grand format en atelier. 

Pour la réalisation de grands éléments de couverture, le couvreur utilise des machines spécialisées pour le travail en série pour la découpe, le façonnage et cintrage du métal. Certaines de ces machines peuvent être adaptées pour le travail sur chantier, les autres plutôt pour l’atelier. 

Découvrez notre gamme de Travail des matériaux